Facebook
Ev.-ref. Kirche des Kantons Freiburg

Rahel Merli

Nouvelles du Service cantonal de la formation

20220507_161311 (Foto:  FGS)

Poser les bonnes questions, ce n’est pas si simple !

Le samedi 7 mai 2022, après deux ans d’interruption, une séance de formation continue germanophone a pu être à nouveau proposée à nos catéchètes ainsi qu’aux équipes pastorales œuvrant dans le domaine de l’enseignement.


Un groupe d’enseignant-e-s, certes modeste mais d’autant plus motivé, a trouvé le temps de consacrer une journée sur le thème des « Questions dans le contexte de la pédagogie religieuse ». Cette formation continue était dirigée par le chargé de cours expérimenté Ruedi Scheiwiller, que de nombreux et nombreuses participant-e-s avaient déjà côtoyé pendant leur formation auprès de RefModula. L’expérience personnelle et la réflexion sur sa propre attitude de questionnement étaient au centre de cette journée de formation. Les organisateurs ont délibérément opté pour un mélange de blocs thématiques théoriques et de travail créatif.

Dans la littérature pédagogique, un large consensus règne sur ce qui caractérise une mauvaise pratique de questionnement et sur les types de questions à éviter. Il convient par exemple de se distancer des questions pièges, des questions suggestives, des pseudo-questions ironiques, mais aussi des questions à la chaîne. La notion de « questions à la chaîne » définit une suite rapide de questions, qui résultent généralement d’un désarroi lié au manque de participation des élèves ou à la médiocrité de leurs réponses.

Les choses se compliquent lorsqu’il s’agit de définir ce qu’est une bonne question : les questions purement factuelles jouent un rôle plutôt mineur dans notre branche, car l’enseignement religieux confessionnel porte rarement sur de « simples » connaissances théoriques consultables dans un ouvrage de référence. Dans le contexte de la pédagogie religieuse, les bonnes questions sont celles qui sont capables de créer un espace pour ce qui est important à nos yeux dans la vie. Ce sont celles qui portent sur nos possibilités de sagacité, sur le sens de notre existence, sur Dieu, etc. Il s’agit par conséquent de questions auxquelles il n’est souvent pas possible de donner une réponse simple, mais qui ont davantage pour objectif d’inviter à la réflexion et à l’approfondissement et de nourrir des discussions philosophico-théologiques.

Lors de cette formation continue, nous n’avons malheureusement pas eu le temps de mener de telles discussions en profondeur ni de s’exercer dans la pratique. En revanche, l’interprétation minutieuse de nos propres travaux créatifs, réalisés l’après-midi à partir du texte biblique « La tempête apaisée » (Marc 4, 35-41), nous a fourni quelques points de départ pour philosopher. Et surtout, elle nous a prouvé, une fois de plus, qu’avec les bonnes méthodes suffisamment diversifiées, il est tout à fait possible de concevoir un enseignement théologiquement attrayant et ancré dans la réalité.

Franziska Grau Salvisberg
Service de la formation

Table des matières de la Newsletter