Facebook
Ev.-ref. Kirche des Kantons Freiburg

Laeticia Buchs

R comme air, R comme Respirer

tree-3822149_1920 (Foto: Pixabay)

Cette lettre de nouvelles s’intitule la Lettre R.
R comme Réformé bien sûr. Mais n’est-ce pas un peu court ?
Je dirais aussi
R comme air, R comme Respirer.


En ce moment chacune et chacun d’entre nous expérimente particulièrement ce besoin d’air, ce besoin de respirer sans entrave, sans ce masque qui, certes, nous protège les uns des autres, mais empêche une respiration profonde et régénératrice. Ah, ce besoin d’aller au plus profond d’une forêt et d’y respirer à pleins poumons, de se ressourcer d’un air pur, exempt de virus, empli d’odeurs de sous-bois, de fraîcheur et d’humidité bienfaisante. Ah ce masque qui, non content de perturber la respiration, provoque sur les lunettes une buée nous empêchant de voir correctement. Ce masque qui entrave la compréhension car la diction en est étouffée, et je n’oublie pas les personnes malentendantes qui ne peuvent même plus lire sur les lèvres. Nous oscillons en permanence entre cette obligation de respecter les injonctions sanitaires et l’envie irrépressible de désobéir pour retrouver des sensations de liberté et de nature. Alors vient l’impatience : « jusqu’à quand ? » Jusqu’à quand devrons-nous supporter ces restrictions ? quand se terminera cette pandémie ? et à ce stade, je ne peux m’empêcher de penser au peuple hébreu à la sortie d’Egypte, à ses révoltes et ses récriminations. Oubliée la condition d’esclave, oubliés les coups de fouets, on ne se souvient que de la sédentarité et de la nourriture « ah les oignons d’Egypte… » (enfant, cette nostalgie m’a toujours laissée dubitative 😊). Il faut errer dans le désert, attendre la manne qui tombe du ciel, espérer une source d’eau et errer encore. Je pense aussi à David, qui a sans doute écrit ses plus beaux psaumes dans la détresse « Jusques à quand, Eternel ! m'oublieras-tu sans cesse ? Jusques à quand me cacheras-tu ta face ? Jusques à quand aurai-je des soucis dans mon âme, Et chaque jour des chagrins dans mon cœur ? Jusques à quand mon ennemi s'élèvera-t-il contre moi ? Regarde, réponds-moi, Eternel, mon Dieu ! Donne à mes yeux la clarté » (Psaume 13).
Donne à nos yeux la clarté qui nous permettra de reconnaître que nous ne sommes que des humains et non des dieux, d’admettre notre impuissance face à des phénomènes qui nous dépassent. Et de rechercher en Toi les réponses.
R comme air, R comme Respirer, Reconnaitre et enfin Renaître.

Anne-Elisabeth Nobs, Conseillère synodal


Table des matières de la Newsletter